Dans la 1ère partie des 10 raisons pour lesquelles vous ne devriez jamais chercher à trouver un travail, Steve Pavlina dresse un constat choquant. La condition du salarié est la pire qui soit.
Son expérience à l’appui, il nous révèle la manière de s’affranchir du travail forcé. Nous devons nous libérer de l’idée d’échanger notre temps contre de l’argent. Il nous incite à produire de la valeur et générer idéalement des revenus passifs petit à petit. Et ce n’est qu’une première raison pour renoncer à jamais à l’idée de trouver un travail.

Le salarié esclave de sa condition

2. L’expérience limitée

Vous pourriez penser qu’il est important d’avoir un travail pour gagner en expérience. Mais c’est comme affirmer que vous devriez jouer au golf pour gagner de l’expérience dans la pratique du golf.
La vie vous offre de l’expérience, peu importe que vous ayez un travail ou non. Un emploi ne vous donne de l’expérience que dans cet emploi, mais vous gagnez « en expérience » quoique vous fassiez, ce n’est donc absolument pas un vrai avantage. Restez à ne rien faire pendant quelques années, et vous pouvez vous qualifier de méditateur expérimenté, philosophe ou politicien.

Le problème de n’obtenir de l’expérience qu’à partir d’un travail est que vous vous limitez à répéter cette même expérience encore et toujours. Vous apprenez beaucoup au début et stagnez ensuite. Cela vous oblige à vous priver d’autres expériences qui seraient beaucoup plus profitables. Et si vos compétences limitées venaient à devenir obsolète, alors votre expérience n’aurait plus la moindre valeur. En fait, demandez-vous ce que l’expérience que vous accumulez maintenant vaudra dans 20 ou 30 ans. Votre boulot existera-t-il encore alors ?

Prenez ceci en considération. Quelle expérience préféreriez-vous obtenir ? Maîtriser parfaitement un métier bien spécifique – un travail qui ne vous rapporte qu’en échangeant votre temps contre de l’argent – ou savoir profiter d’une abondance financière pour le reste de votre vie sans plus jamais avoir besoin d’un travail ? Je ne sais pas pour vous, mais je préfère cette dernière expérience. Ne vous semble-t-elle pas bien plus utile dans le monde réel ?

3. L’apprivoisement à vie

Avoir un travail est comme être enrôlé dans un programme de domestication humaine. Vous apprenez à être un brave toutou.

Regardez autour de vous. Vraiment regardez. Que voyez-vous ? Est-ce l’environnement d’un être humain libre ? Ou vivez-vous dans une cage pour animaux sous calmants ?  Êtes-vous tombé amoureux de la couleur des murs de votre bureau ?

Comment progresse votre dressage ? Votre maître récompense-t-il votre bon comportement ? Subissez-vous des sanctions disciplinaires si vous n’obéissez pas aux ordres de votre maître ?

Est-ce qu’il vous reste la moindre étincelle de libre arbitre ? Ou votre conditionnement vous a-t-il apprivoisé comme un toutou pour le reste de votre vie ?

Le salarié prisonnier de sa condition : la "rat race"

Les humains ne sont pas faits pour grandir dans une cage. Pauvre petite chose…

4. Trop de bouches à nourrir

Le salaire des employés est le plus taxé de tous. Aux Etats-Unis (NDLR : comme en France) vous pouvez vous attendre à ce que la moitié de votre salaire parte dans les impôts. Le système fiscal est conçu pour dissimuler combien vous payez réellement parce qu’une partie de ces impôts est payée par votre employeur, et l’autre partie est prélevée directement à la source de vos revenus. Mais vous pouvez parier que votre employeur considère tous ces impôts comme faisant partie de votre rémunération, comme toutes les autres compensations que vous pouvez recevoir par ailleurs tels que des avantages. Même la location du bureau que vous occupez est prise en considération, vous devez donc rapporter encore davantage pour en couvrir les frais. Vous pourriez avoir l’impression d’être entretenu par votre direction, mais n’oubliez jamais que vous êtes celui qui paye pour cela.

Une autre fraction de vos revenus va aux grands patrons et aux investisseurs. Cela fait beaucoup de bouches à nourrir.

Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi les salariés sont ceux qui payent le plus d’impôts relativement à leur revenu. Après tout, qui a le plus de pouvoir sur le système fiscal ? Les grands patrons d’affaires, les investisseurs ou les employés ?

Vous n’êtes payé qu’une fraction de la valeur réelle que vous générez. Votre vrai salaire est peut-être plus du triple de ce que vous êtes payés, mais pour la plupart vous n’en verrez jamais la couleur. Il va directement dans les poches d’autres personnes.

Quelle généreuse personne vous êtes !

5. Bien trop risqué

Beaucoup de salariés croient qu’avoir un travail est le moyen le plus fiable et le plus sûr de subvenir à leurs besoins.

Imbéciles.

Le conditionnement social est surprenant. Il est si fort qu’il parvient même à convaincre les gens de l’exact opposé de la vérité.

Est-ce que vous mettre dans la position où une tierce personne peut vous couper toute source de revenus juste par trois mots (« Vous êtes virés ») vous semble une situation garantie et sûr ? Honnêtement, n’avoir qu’une source unique de revenu vous semble-t-il plus sûre que d’en avoir dix ?

L’idée qu’un travail est le moyen le plus sûr de gagner sa vie est simplement stupide.

Vous ne pouvez pas avoir la sécurité si vous n’avez pas le contrôle, et les employés sont ceux qui ont le moins de contrôle. Si vous êtes salarié, alors votre véritable titre professionnel devrait être « parieur professionnel ».

Relations entre salaries et patron

6. Avoir une méchante tête de veau comme maître

Dans le monde de l’entrepreneuriat, quand vous rencontrez un idiot, vous pouvez faire demi-tour et emprunter une autre voie. Au bureau, quand vous rencontrez un idiot vous devez faire demi-tour et dire « désolé patron ».

Saviez-vous que le mot « boss » vient de l’allemand « bass »  qui historiquement signifie « maître » ? Une autre signification du mot boss est « vache ou veau ». Et dans beaucoup de jeux vidéo, le boss est le grand méchant que vous devez éliminer à la fin du niveau.

Alors si votre boss est vraiment votre méchante tête de veau, alors qu’est ce que cela fait de vous ? Rien d’autre qu’une bouse parmi le troupeau.

Dans quel merdier êtes-vous ?

7. Mendier de l’argent

Quand vous voulez augmenter vos revenus, devez-vous vous mettre à genou et supplier votre maître pour plus d’argent ? Appréciez-vous de n’avoir que quelques miettes de temps à autre ?

Ou êtes-vous libre de décider combien vous voulez être payé sans avoir besoin de la permission de qui que ce soit exceptée la vôtre ?

Si vous possédez une entreprise et qu’un client vous dit « non », vous n’avez simplement qu’à dire « au suivant ».

Lisez la suite et fin de cet article : 10 raisons pour lesquelles vous ne devriez jamais chercher à trouver un travail (dernière partie). N’hésitez pas à laissez vos impressions sur ces idées hors normes mais tellement « fraîches ».

Olivier Prize

L’article original est consultable ici

Share This